LES GT40 ET GULF OIL

Gulf_logo

Gulf Oil est sans doute l’une des compagnies pétrolières les plus connues dans le monde du sport automobile. 

Avec ses couleurs flashy mélangeant le bleu clair et le orange, on la trouvera représentée en premier sur les Ford GT40 et les Mirage de JW Automotive Engineering, dirigé par John Wyer, John Willment et John Horsman.

1967
Grady Davis et JW Automotive Engineering​

En 1967, John Wyer rachète les locaux anglais de la Ford Advanced Vehicles (F.A.V.) à Ford, qui n’était plus intéressé et qui voulait construire une auto 100% américaine (J-car et MkIV). Avec son ami John Willment, ils fondèrent la JW Automotive Engineering (J.W.A.E.). L’entreprise continuait de construire et vendre les GT40 Mk I sous contrat avec Ford, mais entretenait et équipait aussi les voitures clients pour leur usage routier ou pour la compétition.

Au milieu de l’année 1966, l’Américain Grady Davis, alors vice-président exécutif de la Gulf Oil Corporation, achète une GT40 version route à la F.A.V. équipée d’un moteur de course pour son usage personnel. Etant très satisfait de sa voiture, il retourne voir John Wyer en Angleterre (désormais dans les locaux de la JWAE) pour lui suggérer un partenariat. 

Davis pensait que sponsoriser une équipe de course ferait de la bonne publicité pour sa société. JW Automotive et Gulf signe un contrat et créent une écurie pour courir dans le championnat du monde des voitures de sport, en endurance.

P/1049 aux 12 de Sebring 1967

John Wyer et Len Bailey, un des ingénieurs à l’origine de la GT40, travaillaient sur une version plus légère (lightweight en anglais) et plus aérodynamique de la GT40. Ils la baptisèrent “Mirage M1”. Elle devait courir pour la saison 1967 et être la voiture officielle de ce partenariat. Mais n’étant pas encore prête, la GT40 de Grady Davis (châssis P/1049) fut converties aux spécifications courses pour commencer la saison.

P/1049 participera donc aux 24h de Daytona, en février 1967, avec Jacky Ickx et Dick Thompson au volant. Ils finiront 1er de leur catégorie (catégorie Sport en Groupe 4) et 6ème au général !

La seconde course était les 12h de Sebring, malheureusement P/1049 ne la finira pas avec Ed Lowther et Dick Thompson à nouveau.

Essais des 24h de Daytona 1967

Pour les deux premières courses du championnat, P/1049 était bleu foncé avec une large bande orange, reprenant les couleurs du logo de la société Gulf. Mais lorsque les Mirage M1 furent enfin prêtes, Grady Davis décida de les peindre dans un bleu plus clair. Il estimait que le bleu foncé actuel était trop discret. Le nouveau bleu clair était en fait celui de la compagnie pétrolière Californienne “Wilshire” que la Gulf Oil Corporation avait racheté en 1960.

Toujours accompagné du orange, mais cette fois-ci avec un bleu clair, les voitures de la team JWA-Gulf allaient offrir une publicité visuelle et reconnaissable dans le monde entier à Gulf. Surtout avec l’apparition des TV couleurs..!

D’après les feuilles d’enregistrements de la construction des voitures, les spécifications ICI (Imperial Chemical Industries) sont Light Blue P030-8013 pour la carrosserie et Marigold P030-3393 pour la bande orange.

On peut aussi voir que sur P/1049, deux fers à cheval sont présents sur l’aile arrière droite. Ils sont en fait le symbole d’une campagne publicitaire de Gulf pendant les années ’60. 

Gulf proposait un carburant premium appelait “No-Nox” dans sa gamme, principalement pour les voitures de sports comme les Muscle Cars. Le slogan était qu’en mettant ce carburant avec une teneur plus élevée en octane, cela mettrait un “coup de pied” à la voiture et donnerait plus de puissance.

“NO-NOX PUTS AN EXTRA KICK IN HORSEPOWER!”

A chaque plein à la station service, Gulf donnait un autocollant avec ces fers à cheval pour coller sur le pare-choc de sa voiture. 

On retrouvera ce symbole sur les Mirage puis sur les GT40 Mk I Gulf jusqu’en 1968.

wilshiregulf
L'arrivé des Mirage

Trois Mirage M1 furent construites, avec les nouvelles couleurs: les châssis M.10001, M.10002 et M.10003.

Elles se caractérisaient principalement par un châssis en acier allégé, avec certaines parties en aluminium et des éléments de carrosserie très fins en fibre de verre, renforcés avec de la fibre de carbone (une première à l’époque!). Le tout faisant perdre environ 50kg. Le cockpit était aussi plus étroit pour mieux fendre l’air, les freins à disques ventilés étaient plus gros et les suspensions ont été améliorées par rapport à la Mk I. Toutes les écopes ont été supprimées pour l’aérodynamisme.

La première apparition de la Mirage M1 fut aux essais du Mans, début avril 1967. Il s’agissait de la M.10001 équipée du V8 289ci 4,7 litres de la GT40 Mk I, pilotée par Richard Attwood.

Fin avril se déroulait les 1000km de Monza: la première course des Mirage. M.10001 était présente avec Jacky Ickx et Alan Rees, accompagnée de M.10002 fraîchement construite et confiée à Dick Thompson et David Piper. Le V8 289ci avait été remplacé par le nouveau 302ci de 5 litres Gurney-Weslake. Ickx abandonne à cause d’un problème d’allumage et l’autre voiture finit 9ème.

Essais 24h du Mans - avril 1967

La course suivante était les 1000km de Spa. M.10003 est terminée et remplace M.10002 pour courir aux côtés de M.10001. Elle est confiée à Jacky Ickx et Alan Rees avec un moteur 351ci de 5,7 litres. David Piper abandonne sur M.10001, son co-pilote Thompson est alors transféré sur l’autre voiture pour prendre la place de Rees. Lui et Jacky Ickx remporte la victoire ! C’est la première victoire pour une Mirage et pour une voiture sponsorisée officiellement par Gulf.

Ford souhaitait d’ailleurs que les Mirage soient déclarées comme modèles de la marque, car le châssis reprenait celui de la GT40. JW Automotive était d’accord, mais pas la Commission Sportive Internationale qui estimait que la voiture n’avais rien à voir avec une Ford, car construite par JWA. Les points attribués à la victoire de la Mirage n’auront donc jamais été donnés à Ford. (Pour rappel, il s’agissait du championnat du monde des constructeurs. Même si une voiture n’était pas engagée officiellement par la marque, celle-ci remportait tout de même des points grâce à cette auto).

24h du Mans - juin 1967

Aux 1000km du Nürburgring, c’est le drame. Le châssis M.10002 piloté par Piper et Thompson se crashe lors des essais et la voiture est complètement détruite. Jacky Ickx et Richard Attwood abandonne quelques tours avant la fin sur M.10001.

Aux 24h du Mans, les deux Mirage survivantes sont en course: M.10001 avec Piper et Thompson et M.10003 avec Ickx et Brian Muir. Mais les deux abandonnent (contrairement à Ford et Shelby qui gagnent avec la MkIV châssis J-5, pour la deuxième année consécutive).

Après Le Mans, M.10003 court au BOAC 500 de Brands Hatch avec Pedro Rodriguez et Thompson, où elle abandonne suite à un accident.

Gulf Suède persuade Grady Davis et John Wyer d’envoyer les Mirage aux courses de Karlskoga et de Skarpnäck en août et septembre 1967. Jacky Ickx gagne la première course avec M.10003 et Jo Bonnier (pilote Suédois) finit 2ème avec M.10001. La course suivante à Skarpnäck, les voitures échangent leur classement: Bonnier gagne avec M.10001 et M.10003 finit 2ème avec cette fois ci Paul Hawkins au volant.

M.10003 gagne ensuite aux 1000km de Paris, à Montlhéry, avec Jacky Ickx et Hawkins en octobre. Le mois suivant M.10001 gagne avec Jacky Ickx à nouveau et Brian Redman à Kyalami, en Afrique du sud, pour les Séries Springbok.

Hotel de France, Chartre-sur-le-Loir 1967
2
Brands Hatch 1967
1
Le Mans 1967

Par la suite, une seule des trois voitures resta sous sa forme Mirage: M.10001. Elle continuera à faire des courses en dehors du championnat du monde des voitures de sport en 1968 et 1969. M.10002 avait été détruite au Nürburgring et M.10003 se transformera en GT40 Mk I pour continuer dans le championnat.

1968
Changement de règlement, retour aux GT40 Mk I​

Le règlement FIA pour la saison 1968 changea. Il diminuait la taille des moteurs à 3 litres pour les Prototypes du Groupe 6 et 5 litres pour les voitures de Sports du Groupe 4, avec un minimum de 50 exemplaires produits pour être homologuées.

N’ayant pas de moteur 3 litres pour continuer à courir en catégorie Prototypes et n’ayant pas les moyens de produire 50 voitures pour la catégorie Sport, JW Automotive décide alors d’abandonner les Mirage pour revenir aux GT40 Mk I, qui remplissaient toutes les conditions du Groupe 4.

GT40, John Wyer, Mirage M1

Une des deux Mirage M1 survivantes restera sous cette forme à faire des courses hors championnat, tandis que l’autre se transformera en GT40 Mk I.

Le châssis allégé de la Mirage M.10003 a été conservé mais tous les panneaux de carrosserie ont été changés pour ceux de la GT40 Mk I avec quelques spécificités: carrosserie renforcée avec de la fibre de carbone, un panneau arrière ventilé permettant d’évacuer l’air refroidissant les freins et des passages de roues élargies à l’arrière. Le 23 janvier 1968, M.10003 est alors devenue une GT40, renommée châssis GT40 P/1074.

Mais ce ne sera pas la seule à être construite ce jour puisqu’un tout nouveau châssis le sera également: P/1075, avec les mêmes spécificités (même châssis allégé et une carrosserie renforcée avec de la fibre de carbone, ailes larges à l’arrière…).

Feuille d'enregistrement de P/1074
Feuille d'enregistrement de P/1075
Feuille d'enregistrement de P/1084

Les deux voitures font leur première course aux 24h de Daytona, Ickx et Redman sur la n°8 P/1075 et Hawkins et Hobbs sur la n°9 P/1074. Aucune ne finira…

A Sebring, les deux GT40 retrouvent les mêmes pilotes mais les résultats ne sont pas mieux.

Le premier week-end d’avril se déroulaient les essais du Mans et les 6h de Brand Hatch. Jacky Ickx qualifie P/1074 au Mans lors des essais et va ensuite en angleterre pour courir sur P/1075 (qui sera donc la seule voiture engagée). Ickx et Redman remportent la victoire sur P/1075 qui porte le numéro 4. La première d’une longue série !

A la fin du mois d’avril, les deux GT40 participent aux 1000km de Monza. Résultat: victoire de Hawkins et Hobbs avec P/1074.

Aux 1000km du Nürburgring, Les pilotes sont mélangés. Hobbs et Redman finissent 6ème avec P/1074 tandis que Ickx et Hawkins finissent sur le podium en 3ème position.

P/1074 se prépare pour le Mans (qui sera par la suite repoussé à septembre avec les manifestation de mai 1968) et P/1075 court à Spa où Jacky Icks et Redman remportent la victoire. Une autre voiture vient aider JWA lors de cette course et qui portera les couleurs Gulf: P/1084. C’est la troisième voiture à les porter. C’est en fait le châssis P/1004 qui a couru au Mans en 1965. La voiture a ensuite été stockée dans les ateliers de la F.A.V. à Slough, en Angleterre. JW Automotive a alors pris le châssis P/1004, a transformé la voiture aux spécifications de course 1968 et l’a renommé P/1084. Elle termina à la 4ème place à Spa.

P/1074 et P/1075 à Daytona 1968
1968 Sebring 12 Hrs_Gukf-JWA GT 40_1075_race_01
P/1075 à Sebring 1968 avec Jacky Ickx et Redman
1074 sebring 1968 hawkins et hobbs
P/1074 à Sebring 1968 avec Hawkins et Hobbs
1075 ickx 1968 BOAC 500_Finish_02
P/1075 à Brand Hatch, victoire de Ickx et Redman
1968 ADAC 1000_Gulf GT 40_1074_02
P/1074 au Nürburgring avec Hobbs et Redman
1968 ADAC 1000_Gulf GT 40_1075_Jacky_08
P/1075 au Nürburgring avec Ickx et Hawkins

Les 24h du Mans étant repoussées, ce sont les 6h de Watkins Glen qui prendront la suite du championnat.

P/1075 remporte la victoire avec Jacky Ickx et Lucien Bianchi, qui remplace Brian Redman blessé. P/1074 est juste derrière avec Hawkins et Hobbs à la 2ème place ! Contrairement aux autres courses où les GT40 Gulf étaient équipées du V8 289ci de 4,7 litres, elles étaient désormais équipées du 302ci 4,9 litres un peu plus puissant.

Les 24h du Mans

La course tant attendue arrive enfin en septembre 1968. Trois GT40 Gulf sont engagées par JW Automotive: P/1075 avec le numéro 9, pilotée par Pedro Rodriguez et Lucien Bianchi. P/1074 avec le numéro 10, pilotée par Hawkins et Hobbs. Et P/1076, un nouveau châssis, portant le numéro 11 et qui est pilotée par Brian Muir et Jackie Oliver.

P/1074 et P/1076 ne finiront pas la course, mais… P/1075 remporte la 36ème édition des 24h du Mans, et offre à Ford sa 3ème victoire consécutive ! 

Sur les 10 courses du championnat FIA 1968, les GT40 Gulf en ont remporté 5 ! Quatre victoires pour le châssis P/1075 et une victoire pour le châssis P/1074.

Lors des 1000km de Paris, P/1074 a été confiée a Jean “Beurlys” et Hughes de Fierlant. Elle finit 8ème.

En fin d’année se tenaient les Séries Springbok. Et comme l’année précédente, JW Automotive décide d’y participer avec la seule Mirage restante: le châssis M.10001 et son moteur V8 351ci de 5,7 litres. Jacky Icks et David Hobbs remporte la victoire à son volant à Kyalami.

Un concurrent sur GT40, Malcolm Guthrie, crashe sa voiture et la détruit complètement. Après négociation avec John Wyer, il rachète la Mirage M.10001 et la fait courir sous sa propre écurie. 

1969
Dernière année, mais quatrième victoire au Mans

1969 fut la dernière année pour les GT40 en championnat FIA. L’écurie JW Automotive – Gulf faisait également courir ses nouveaux prototypes Mirage M2 du groupe 6, qui remplassaient d’ailleurs les GT40 sur plusieurs épreuves comme à Spa et au Nürburgring.

La saison débute de nouveau avec les 24h de Daytona. P/1075 y est présente avec David Hobbs et Mike Hailwood, ainsi que P/1076 avec Jacky Ickx et Jackie Oliver. L’une abandonnera et l’autre finira 26ème au général…

A Sebring, P/1075 retrouve Jacky Ickx et gagne avec Jackie Oliver ! P/1076 abandonne avec Hobbs et Hailwood.

P/1074, qui avait couru en 1968, revient pour sa seule et unique course de cette année, à Brand Hatch. Elle finit 5ème avec Hobbs et Hailwood.

37ème édition des 24h du Mans

Les 14 et 15 juin se déroulaient les 24h du Mans. John Wyer décide d’emmener deux GT40: P/1075, qui avait gagné l’année précédente, et P/1076.

P/1075 portait le numéro 6 et était pilotée par Jacky Ickx et Jackie Oliver. P/1076 portait elle le numéro 7 et était pilotée par Hobbs et Hailwood.

Sebring 1969 - P/1075 victorieuse

Le départ du Mans 1969 restera gravé dans l’histoire et apportera un changement majeur par la suite.  Les départs type Le Mans consistent à aligner les voitures du côté des stands et les pilotes de l’autre côté de la piste. Au signal, les pilotes courent vers leur voiture pour partir le plus vite possible. De ce fait, beaucoup de concurrents ne prenaient pas le temps de s’harnacher correctement. Ils sautaient dans la voiture, démarraient, partaient le plus vite possible et ne s’attachaient que dans la grande ligne droite des Hunaudières. Suite à de nombreux accidents, bien trop souvent mortels comme cette année là, Jacky Ickx décide de marcher tranquillement vers sa voiture en signe de protestation. Il s’attache correctement et part enfin. Evidemment, bon dernier.

Lui et Jackie Oliver remontent petit à petit les voitures, jusqu’à la Porsche 908 de Hans Hermann et Gérard Larousse avec la quelle la GT40 va batailler pendant près de trois heures !

Jacky Ickx passe en premier la ligne d’arrivé, mais une vingtaine de seconde trop tôt pour boucler les 24 heures. C’est donc reparti pour un tout dernier tour. La Porsche de Hermann était plus rapide en ligne droite grâce à son aérodynamisme, mais la GT40 de Ickx avait des freins tout neuf, changés quelques heures plus tôt. La victoire allait donc se jouer sur la stratégie. 

Jacky Ickx simule une panne en ralentissant légèrement à l’entrée de la grande ligne droite des Hunaudières. Hermann le double, Ickx rétrograde en quatrième vitesse et se colle derrière la Porsche pour bénéficier de l’aspiration. Jacky Ickx redouble Hans Hermann à la fin de la ligne droite et freine plus tard, lui permettant de rester devant jusqu’à la ligne d’arrivé. Jacky Ickx et P/1075 gagneront la 37ème édition des 24h du Mans à seulement 120 mètres de la Porsche 908 n°64 ! P/1076 finira juste derrière à la troisième place. 

La GT40 châssis P/1075 est la première voiture à gagner deux fois de suite les 24h du Mans et permet à Ford de les remporter pour la quatrième fois consécutive !

L’année suivante, le départ de la course se fera toujours en épi, mais avec les pilotes déjà installés et attachés correctement. Puis, dès 1971, le départ sera élancé, comme ça l’est toujours aujourd’hui.

 

Après Le Mans, les GT40 Gulf prirent leur retraite. Pour 1970, la JW Automotive Engineering et Gulf engageront la nouvelle Porsche 917K.

Source: Gulf Oil LTD – Ford GT: Then and Now d’Adran Streather – Ford GT: A la conquête du Mans de Preston Lerner – Gulf-Mirage 1967 to 1982 de Ed McDonough – gt40gulfliverycars – gt40mkII.com palmares – racingsportscars – gt40.org.uk – lemans slot racing – lemans.org