Ford GT40 P/1074 (ex-M.10003)

Mirage M.10003

En 1967, John Wyer racheta les locaux anglais de la Ford Advanced Vehicles (F.A.V.) à Ford, qui n’était plus intéressé et qui voulait construire une auto 100% américaine (J-car et MkIV), pour y fonder sa propre entreprise avec son ami John Willment: la JW Automotive Engineering (J.W.A.E.).

L’entreprise continuait de construire les GT40 MK I sous contrat avec Ford, pendant que John Wyer et Len Bailey, un des ingénieurs à l’origine de la GT40, travaillaient sur une version plus légère (lightweight en anglais) et plus aérodynamique de la GT40. Ils la baptisèrent “Mirage M1”.

Elles se caractérisaient principalement par un châssis en acier allégé, avec certaines parties en aluminium et des éléments de carrosserie très fins en fibre de verre, renforcés avec de la fibre de carbone (une première à l’époque!). Le tout faisant perdre environ 50kg. Le cockpit était aussi plus étroit pour mieux fendre l’air, les freins à disques ventilés étaient plus gros et les suspensions ont été améliorées par rapport à la Mk I. Toutes les écopes ont été supprimées pour l’aérodynamisme.

Le châssis M.10003 (plus tard transformé en P/1074) a commencé sa carrière aux 1000km de Spa en 1967. Ce fut aussi sa première victoire, piloté par Jack Ickx et Dick Thompson, sous la pluie. Cette victoire sera d’ailleurs la première d’une voiture sous les couleurs du pétrolier “Gulf Oil”, qui finançait le programme de la JW Automotive Engineering en sponsorisant ses voitures.  Aux 24h du Mans elle dut abandonner à cause d’une casse moteur…

M.10003 remportera également les courses de Karlskoga, en Suède, et des 1 000km de Paris à Montlhéry.

Les Mirage étaient équipées de moteurs allant de 4,9 litres à 5,7 litres pour courir comme Prototype. Mais le nouveau règlement FIA pour la saison 1968 diminuait la taille des moteurs à 3 litres pour les Prototypes du Groupe 6 et 5 litres pour les voitures de Sports du Groupe 4, avec un minimum de 50 exemplaires produits pour être homologuées.

N’ayant pas de moteur 3 litres pour continuer à courir en catégorie Prototypes et n’ayant pas les moyens de produire 50 voitures pour la catégorie Sport, JW Automotive décide alors d’abandonner les Mirage pour revenir aux GT40 Mk I, qui remplissaient toutes les conditions du Groupe 4 de la saison 1968.

GT40 P/1074

Le châssis allégé de la Mirage M.10003 a été conservé mais tous les panneaux de carrosserie ont été changés pour ceux de la GT40 Mk I avec quelques spécificités comme la carrosserie renforcée avec de la fibre de carbone, un panneau arrière ventilé permettant d’évacuer l’air refroidissant les freins et des passages de roues élargies à l’arrière. Le 23 janvier 1968, M.10003 est alors devenue une GT40, renommée châssis GT40 P/1074.

Durant sa carrière, P/1074 (anciennement M.10003) a été équipée de quatre moteurs V8 différents, mais tous d’origines Ford: le 289ci avec culasses Gurney-Weslake actuellement installé, un 302ci qui a été utilisé à Walkins Glen, et un 305ci ainsi qu’un 351ci lorsqu’elle était une Mirage.

P/1074 à l'état de Mirage M.10003
M.10003 transformée en GT40 n°9 châssis P/1074, au côté de P/1075 n°8 aux 24h de Daytona 1968
Feuille de construction JW Automotive Engineering pour le châssis P/1074 (ex M.10003)

Durant la saison 1968, P/1074 a principalement été confiée à David Hobbs et Paul Hawkins. A Daytona elle dut abandonner, à Sebring elle termine 28ème puis elle signe le meilleur chrono aux essais des 24h du Mans mais entre les mains de Jacky Ickx ! P/1074 remporte la victoire à Monza avec Hawkins et Hobbs, finit 6ème au Nürburgring avec Redman qui remplace Hawkins, 2ème à Walkins Glen (où elle fut désormais équipée du V8 302ci) et abandonne pendant la course des 24h du Mans. En octobre 1968, la voiture est confiée à Jean Blaton (alias Beurlys) et De Fierlant aux 1000km de Paris, à Montlhéry, qui finissent à la 8ème place.

Pour la saison de 1969, P/1074 n’a couru qu’à Brands Hatch où elle finira 5ème avec Hobbs et Mike Hailwood.

La GT40 châssis P/1074 est la seule a avoir gagné en tant que Mirage et en tant que GT40 (à Spa et à Monza ensuite).

1968 Daytona 24h, Hawkins-Hobbs
24h de Daytona 1968
1968 Sebring 12 Hrs_Gukf-JWA GT 40_1074_race_04
12h de Sebring 1968
1968 LM test WE_JW_1074_Jacky_pits_02
Essais des 24h du Mans 1968
Camera car de "Le Mans" - Film de Steve McQueen

En 1970, la société de production du film “Le Mans” de Steve McQueen (Solar Productions) avait besoin d’une voiture capable de filmer les voitures misent en vedette, tant en terme de performance pour rouler à plus de 240 km/h, qu’en terme d’agilité dans les virages.

Solar Production met donc la main sur P/1074, toujours dans ses couleurs Gulf, pour l’utiliser comme camera car. Pour les besoins du tournage, tout le toit a été coupé ne laissant que quelques centimètres de pare-brise et ainsi permettant de loger une caméra Arriflex rotative à 180° avec stabilisateur gyroscopique à l’arrière.

Pour d’autres plans, une caméra de 35mm était positionnée au niveau de la portière côté passager qui permettait au caméraman Alex Barbey de filmer en étant accroupi a côté du pilote.

On voit également sur de vieilles photos deux caméras logées à la place de la roue de secours, où d’ailleurs le capot avant était celui de la Mk III.

Après le tournage, la voiture est racheté par Harley E. Cluxton dans l’Illinois, puis sera vendue en 1972 à Sir Anthony Bamford en Angleterre. P/1074 sera restaurée par Willie Green, toujours en Angleterre, avec un toit obtenu auprès d’Abbey Panels. Il fit courir la voiture dans plusieurs courses du Royaume-Unis avant de la vendre en 1983 à Harley Cluxton (encore).

En 1989 elle apparaît au 25ème anniversaire de la GT40 à Walkins Glen puis au 30ème en 1994.

Elle a changé une dernière fois de main et a complètement été restaurée en 2002.

En 2003, Jackie Oliver conduit la voiture au Goodwood Festival of Speed où elle fera une seconde apparition l’année suivante.

En 2009, P/1074 a été conduit par David Hobbs, qui pilotait la voiture dans les années ’60, lors du concours d’élégance d’Amelia Island où elle remporta un prix.

La GT40 châssis P/1074, auparavant une Mirage M1 châssis M.10003, a été vendue aux enchères $11,000,000 par RM Sotheby’s à Monterey en 2012, avec en plus beaucoup de pièces détachées dont ses éléments de carrosserie de Mirage.

Source: Gulf-Mirage 1967 to 1982 d’Ed McDonough – RM Sotheby’s – Mirage Racing – Ford GT: Then, and Now d’Adrian Streather – GT40: An Individual History and Race Record de Ronnie Spain – The Ford GT40 and The Ford That Beat Ferrari de John S. Allen

EnglishFrenchGerman